Forum de discussion de l'ONG panafricaine Centre Afrika Obota

Engagement de la jeunesse béninoise dans la démocratie virtuelle
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  Connexion  
Bienvenue ! Déjà 1717 membres inscrits. Dernier membre inscrit : http://centreafrikaobota.exprimetoi.net/u1724. Bonne discussion !

Partagez | 
 

 Bénin : "Silence, l’Université fout le camp !"

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 223
Points : 17079
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 29
Tel : (+229) / 21 30 42 10
Localisation : Cotonou (Bénin)

MessageSujet: Bénin : "Silence, l’Université fout le camp !"   Lun 16 Aoû 2010 - 18:34

Silence, l’Université fout le camp !

Article tiré du blog du chroniqueur et journaliste béninois Jérôme CARLOS (Edition du 12 août 2010).



Un chiffre, un fait. Le chiffre, c’est que 55% de nos compatriotes qui sortent de l’enseignement supérieur n’ont une autre issue que d’aller grossir les rangs des chômeurs et des demandeurs d’emploi.
Le fait, c’est que avec le manque plutôt criard d’amphithéâtres à l’université, les autorités de notre pays promettent d’expérimenter des tentes sur le campus d’Abomey-Calavi.
Ces amphis, d’un genre nouveau, vont servir d’espaces d’enseignement et de travaux dirigés aux enseignants et aux apprenants.
Le pourcentage des étudiants qui sortent de l’université pour rentrer dans le tunnel du chômage n’est pas sans inquiéter.
Cela pose la question de l’utilité d’une structure devenue une tumeur cancéreuse au cœur du corps social.
Meubler son esprit d’un savoir, se donner des capacités et des habiletés déterminées et se voir déclaré forfait à l’orée de la vie active, cela oblige au triste constat d’un monumental gâchis.

Les tentes proposées en lieu et place des infrastructures régulières et opérationnelles, pour masquer une pénurie devenue criarde, ne constituent qu’un palliatif.
Le mal auquel on s’attaque verra sûrement ses symptômes s’atténuer. Mais il ne gardera pas moins intacte sa force de nuisance.
Il s’agit de différer sans guérir, de calmer sans remédier, de se placer en situation d’avoir à choisir entre la peste et le choléra.

Evidemment, dans la perspective du développement d’un pays comme le nôtre, aucun citoyen sain d’esprit ne peut accepter que l’université qui est et qui doit rester un haut lieu du savoir, renvoie à la société qui l’abrite des images aussi négatives d’elle-même.
L’image d’une usine à fabriquer des chômeurs et des sans emploi. L’image d’un camp de réfugiés, peuplé de tentes et d’abris provisoires.
L’image d’un grand bazar à ciel ouvert. Que de crimes commettons-nous, chaque jour, contre l’Université ?
Retenons-en quelques uns.

D’abord, l’Université comme un simple attribut extérieur de la souveraineté. Nombre de nos pays ont conçu l’Université comme une simple toiture.
Celle-ci vient parachever en la couronnant la construction d’une maison. Ces pays ayant déjà, sur place, les autres ordres d’enseignement, ont jugé utile d’ajouter à leur système éducatif formel le dernier chaînon manquant, le supérieur.

Cela s’était fait en toute bonne foi, par orgueil nationaliste, au nom de la souveraineté formelle d’un Etat indépendant.
Pourquoi ne pas s’offrir son université nationale, dès lors qu’on s’est donné un hymne national, un drapeau national, une devise, et qu’on a acquis un strapontin dans la communauté onusienne des Etats du monde ?
Avoir une Université relevait ainsi d’une démarche logique et pertinente. Il fallait construire des bâtiments, placer une enseigne à l’entrée, recruter des enseignants, parquer les apprenants dans les diverses filières ouvertes.
L’Université prend ainsi place comme une très banale réalisation dans la chaîne des ouvrages qui jalonnent les chemins sous-développés de nos indépendances.
Au même titre qu’un pont par-ci, qu’une digue de retenue d’eau par là, ou qu’un stade plus loin.

Ensuite, l’Université comme un camp de transit en attendant l’insertion possible de certains de nos jeunes gens et de nos jeunes filles dans la vie active.
L’université tient ainsi le rôle d’un bassin destiné à recevoir des bacheliers. Ceux-ci, en quelques années, s’enfoncent dans l’illusion qu’ils sont promis d’être les grands cadres du pays, après qu’ils se furent essoufflés à conquérir des diplômes visas pour cette promotion sociale rêvée.

Mais, on en est vite revenu depuis que de jeunes médecins chôment, au terme d’un cursus à évaluer et à apprécier à Bac + 12.
On en est vite revenu depuis que d’anciens pensionnaires de nos cités universitaires, leurs diplômes en poche, n’ont rien trouvé à faire que d’enfourcher une moto et d’aller grossir les rangs déjà pléthoriques des conducteurs des taxis motos.

Enfin, l’université comme l’antichambre des centres ou des cercles du pouvoir politique.
C’est un peu le vivier où l’on vient chercher, dans les rangs des enseignants, des conseillers techniques, des chargés de mission, des directeurs généraux, voire des ministres.
On se fout royalement que cette ponction inconsidérée dans le corps enseignant laisse des centaines d’étudiants sans encadreurs, désorganise ou paralyse des filières entières. Et l’enseignant résiste rarement au chant des sirènes.
Parce qu’il n’est pas motivé par son statut social. Parce qu’il n’est pas accompagné matériellement par un salaire décent. Parce qu’il n’est ni intellectuellement ni scientifiquement assisté, faute d’un environnement constitué, en l’absence de bibliothèques à jour ou des structures de recherche digne de ce nom.
« Sans tuteur, disent les Malinké, l’igname ne peut grimper »

Et vous, qu'en pensez-vous ? Exprimez-vous !

Permalien : bit.ly alWU6K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afrikaobota.org
Faly
Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)


Messages : 6
Points : 15470
Réputation : 9
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: Bénin : "Silence, l’Université fout le camp !"   Mer 25 Aoû 2010 - 14:35

Vous en oubliez des crimes commis contre l'université, Monsieur Calos. Le pire, à mon avis, est la gratuité de l'enseignement supérieur!!!!! Car enfin on ne va pas à l'université parce qu'on a rien à faire après le bac, ou parce que tous ses amis y vont, ou parce qu'il faut y aller, ou pour toutes les mauvaises raisons qu'on pourrait encore citer. Et c'est ce qui risque d'arriver avec la mesure de la gratuité de l'enseignement supérieur. Alors rien d'étonnant à ce qu'on pense implanter des tentes dans les universités pour contenir le grand flot qu'y drainera la gratuité. Encore heureux qu'on ne parle pas de hangar ou de faire des cours ou des TD à l'air libre. Si le ridicule tuait...
Malheureusement dans ce domaine, comme dans beaucoup d'autres, ce qui manque le plus c'est la volonté politique. Car les intellectuels comme vous en parlent, les universitaires grèvent, les enseignants grognent et pourtant rien n'y fit. la situation ne fait que s'empirer. Et pourtant on a un chef de l'Etat, docteur de son état, on a un ministre de l'Enseignement supérieur et on a des conseillers du Chef de l'Etat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bénin : "Silence, l’Université fout le camp !"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ma vie fout l'camp...
» [Ports] FÉCAMP
» Fécamp - Château des Hogues
» Prérequis de l'université
» Tante Fine de Fécamp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de discussion de l'ONG panafricaine Centre Afrika Obota :: Forum de discussion - CAO Bénin :: Exprime-toi !-
Sauter vers: