Forum de discussion de l'ONG panafricaine Centre Afrika Obota

Engagement de la jeunesse béninoise dans la démocratie virtuelle
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  Connexion  
Bienvenue ! Déjà 1717 membres inscrits. Dernier membre inscrit : http://centreafrikaobota.exprimetoi.net/u1724. Bonne discussion !

Partagez | 
 

 Cinquantenaire des indépendances : Paris et Washington, la leçon d’histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 223
Points : 16889
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 29
Tel : (+229) / 21 30 42 10
Localisation : Cotonou (Bénin)

MessageSujet: Cinquantenaire des indépendances : Paris et Washington, la leçon d’histoire   Lun 9 Aoû 2010 - 14:06

Cinquantenaire des indépendances : Paris et Washington, la leçon d’histoire



Article tiré du blog du chroniqueur et analyste politique Jérôme CARLOS, publié le 06 août 2010

A chacun ses symboles.
Le cinquantenaire des indépendances africaines a donné lieu à une multitude d’initiatives, en Afrique et hors d’Afrique. C’est dire que l’événement n’est pas banal, même en s’en tenant à sa seule dimension temporelle.
Cinquante ans dans la vie d’un peuple, ce n’est pas rien. C’est cinq décennies à construire une nation à partir de l’Etat hérité du colonisateur.
C’est un demi siècle de marche, sans trêve ni repos, ponctué de hauts et de bas, sous le soleil des indépendances.
Des initiatives prises, ici et là, pour marquer l’événement, deux retiennent notre attention.
Leur portée symbolique a valeur de leçon. Nous les présentons, l’une et l’autre, sans autre précaution que de faire court, en les simplifiant sans en trahir l’esprit.
Nous les mettons l’une en regard de l’autre. Persuadé que nous sommes, avec Ralph Emerson que (Citation) : « Ce qui est derrière nous et ce qui est devant nous sont peu de choses comparativement à ce qui est en nous ». (Fin de citation).

La première initiative met en scène la France et dix-huit de ses anciennes colonies.
Pour marquer le cinquantenaire de l’accession à la souveraineté nationale et internationale de ces dernières, la France leur a fait prendre rendez-vous à Paris, sur les Champs Elysée, à l’occasion de sa fête nationale.
Comme si l’on cherchait à établir un lien entre le souvenir de la prise de la Bastille par les Français et le vœu des populations africaines d’une plus grande emprise sur leur destin.
Fraternité d’armes entre les militaires français et des éléments des Armées africaines qui défilèrent ensemble.
Accolades et embrassades entre le Chef de l’Etat français et ses hôtes africains ; dîners de gala, audiences et apartés sous les lambris dorés des suites présidentielles ; échanges de cadeaux et programmes spéciaux concoctés à l’intention des Premières Dames africaines.

La seconde initiative met en avant les Etats-Unis de Barak Obama et l’Afrique représentée par cent vingt (120) jeunes leaders de la société civile.
Ces derniers ont été reçus le mardi 3 août dernier à la Maison Blanche par le Président américain.
Barak Obama entendait ainsi, à sa manière, marquer son intérêt pour l’Afrique, sa solidarité avec l’Afrique à l’occasion du cinquantenaire de ses indépendances.
De jeunes africains, encore des sans grades dans chacun de leurs pays en face du Président le plus puissant du monde.
Des adolescents, la plupart voyageant la toute première fois loin du pays qui les a vu naître, hôtes de la première puissance économique, financière et militaire de la terre.
Il est ressorti de l’échange entre le leader américain et les jeunes leaders africains, un gros plan sur l’Afrique.
A tenir pour un continent riche de ses ressources humaines et naturelles.
A regarder comme un continent toujours hanté par ses démons familiers, mais qui ne projette pas moins l’image rassurante d’un continent d’avenir.
Et Obama d’appeler l’Afrique à la grandeur, l’invitant à tourner le dos au tripatouillage des textes constitutionnels, à la mascarade des élections jouées à l’avance, au piratage des voix porteuses de vérités et d’espérance.

Que dire de ces deux images, l’une prise à Paris, dans la capitale française, l’autre prise à Washington, dans la capitale fédérale des Etats-Unis ?
A Paris, priorité à l’officiel, au jet-set du pouvoir politique.
La fête du cinquantenaire des indépendances africaines a ainsi choisi, loin des bidonvilles de Poto-Poto, de déployer ses fastes et de dérouler le tapis rouge tout au sommet de la pyramide.
A Washington, on a fait le choix d’une simple réunion de travail ou de famille.
Cette réunion a placé un Président qui a réalisé l’exploit historique d’être le premier Noir à la Maison Blanche face à la génération de jeunes leaders africains qui portent le rêve d’être la génération de la renaissance africaine.
A Paris, ont résonné les hymnes nationaux, ont hurlé les sirènes des motos et autos de sécurité, au milieu d’une nuée de gardes de corps et d’agents du protocole d’Etat.
A Washington, on a choisi la décontraction de l’échange confiant, loin de tout protocole, entre un président jeune, la goutte de sang noir dans ses veines le portant à se sentir proche de jeunes frères et sœurs africains.
A Paris, on s’est évertué à revisiter le passé. Et l’annonce faite aux quelques rares anciens combattants africains encore vivants d’aligner leur pension sur ceux de leurs frères d’armes français, se veut une manière plutôt tardive de réparer les blessures et les injustices passées.
A Washington, nous avons appris ce qui vaut pour nous une leçon de vie, à savoir que l’histoire, c’est le passé écrit au présent, pour éclairer les chemins de l’avenir.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Exprimez-vous !

Permalien : bit.ly clmY8T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afrikaobota.org
Faly
Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)


Messages : 6
Points : 15280
Réputation : 9
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: Cinquantenaire des indépendances : Paris et Washington, la leçon d’histoire   Mer 25 Aoû 2010 - 16:04

Une fois encore est en jeu la grande question des intérêts des Etats. Ou se trouve l'intérêt des Etats africains? derrrière la fumée des rencontres officielles organisées à grands frais et qui finalement n'accouchent de rien de profitable pour le continent ou dans le secret des couloirs de la maison blanche? au champs élysés où on s'efforce de maintenir les mêmes hommes politiques dans un passé "commun" peu glorieux ou à la maison blanche où on s'évertue à nourrir la génération future de conseils et d'expérience? à Paris, ville d'un pays à la tête duquel on a un président avec lequel quoi qu'on dise, on n'a rien ou presque rien de commun ou aux States ou on a, comme vs l'avez si bien souligné, quelqu'un qui pour diverses raisons se sent plus proches et peut même se fondre en nous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cinquantenaire des indépendances : Paris et Washington, la leçon d’histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quéffélec en anti-Normand dans Paris Match.
» Le Grand Paris
» boutique MUFE pro sur Paris
» La monnaie de Paris ne connait pas la Normandie
» (75) Archives de Paris, mises en ligne supplémentaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de discussion de l'ONG panafricaine Centre Afrika Obota :: Forum de discussion - CAO Bénin :: Exprime-toi !-
Sauter vers: